Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France Ô: Programmation spéciale bicentennaire de la rétrocession de Saint-Pierre-et-Miquelon


Rédigé le Dimanche 19 Juin 2016 à 09:00 |


L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon fête en 2016 le bicentenaire de sa rétrocession à la France. À cette occasion, France Ô lui consacre une programmation spéciale, dont cette journée exceptionnelle pilotée par Laurent Bignolas, comprenant sept documentaires inédits ! Le film de Patrice Leconte La Veuve de Saint-Pierre, incarnée par Juliette Binoche, est diffusé en prime time.



« On est Saint-Pierrais et Miquelonnais, revendique ce jeune habitant de l’archipel. On n’est surtout pas Canadiens, on est Français et fiers de l’être ! » Sur ce petit territoire ultramarin, le seul situé en Amérique du Nord, à quelques kilomètres des côtes canadiennes, les six mille habitants s’apprêtent à célébrer deux cents ans d’appartenance française.

Tour à tour territoire anglais, canadien ou français, Saint-Pierre-et-Miquelon retourne définitivement dans le giron français en 1816. Le navigateur et explorateur breton Jacques Cartier avait baptisé l’île, en 1536, du nom de saint Pierre, patron des pêcheurs.

Car, pendant des décennies, l’économie de l’archipel doit tout à la pêche à la morue. « Nos ancêtres étaient quasiment tous des marins, rappelle Bruno Detcheverry, le directeur du pôle pêche. Cela a forgé notre caractère : on affronte les difficultés, car la mer n’est jamais facile, la vie non plus… » L’histoire de l’archipel n’a en effet jamais manqué de mettre à l’épreuve ses habitants.

La dernière crise est présente dans tous les esprits : en 1992, un moratoire canadien est signé pour protéger la morue devenue rare. « Toute l’industrie s’est quasi écroulée en l’espace de quelques mois », se souvient Bruno Detcheverry.

Le port de Saint-Pierre, qui avait attiré pendant si longtemps les bateaux des plus grandes nations de pêche au monde, tombe en désuétude. « Elle a été l’île qui rapportait le plus d’argent à la métropole, souligne la musicienne Alexandra Hernandez. Donc, sans la pêche, que devient Saint-Pierre-et-Miquelon ? »

L’une des réponses à retenir vient de Roland Le Huenen, un professeur de littérature française aujourd’hui installé à Toronto, comme d’autres de ses congénères : « Je crois qu’il y a chez l’être humain un attachement particulièrement fort aux endroits où il est difficile de vivre. »

Celui des Saint-Pierrais et des Miquelonnais envers leur archipel est ancré dans le paysage d’une nature belle et sauvage, avec les traditions de partage et d’ouverture sur le monde. Riches de leurs héritages culturels multiples, ils continuent de faire vivre, chacun à leur façon, leurs racines bretonnes, normandes, acadiennes ou basques, et parfois espagnoles ou irlandaises.

À Miquelon, une activité de pêche semi-industrielle a repris, mais seulement « à 10 % de ce qu’on travaillait dans les années 1990 », regrette Etcheverry. Si les jeunes de l’archipel continuent de s’exiler pour leurs études, beaucoup reviennent, à l’image d’Alexandra qui a souhaité retourner sur son île « avec l’intention de partager un peu ce que j’ai appris, et surtout de me nourrir de tout ce qu’il y a là et dont je me suis ennuyée pendant quinze ans ».
 
Au programme (Horaire Métropole)
 
 
13.00 : Saint-Pierre-et-Miquelon, la nature à l’état sauvage (de Lionel Boisseau), à la rencontre des phoques, baleines à bosse et autres rorquals qui constituent la faune de ce territoire ultramarin orginal : le seul situé en eaux froides !

14.55 : 100 % Acadiens, ces Français d'Amérique du Nord (de Lionel Boisseau). Ils sont quatre millions ! Qui sont ces Français partis Outre-Atlantique il y a trois siècles et que l'on confond aujourd'hui avec leurs voisins québécois ? 

15.45 : Allons enfants de Saint-Pierre-et-Miquelon (de Lionel Boisseau), un documentaire qui conte les destins de jeunes Saint-Pierrais dépositaires d'une identité ultramarine partagée entre l’Amérique du Nord et la métropole.

16.40 : Annick, pirate de l'espoir (de Sylvie Koffi et Shaman Dolpi). Gros plan sur le parcours improbable d'Annick Girardin, secrétaire d'état au Développement et à la Francophonie : fille de marin et mère à 15 ans. L'archipel giflé par les vagues et soufflé aux quatre vents, entouré de brume, est l'autre personnage du film.

20.50 : La Veuve de Saint-Pierre, le film de Patrice Leconte.

22.40 : Passion Outremer Grand format : Saint-Pierre-et-Miquelon, un petit bout de France en Amérique

00.30 : Le Caillou dans la chaussure des grands
 
 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV / SVOD | Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture | Courriers des lecteurs













Les News les + plus lues de la semaine

Partager ce site




PUB FACEBOOK.png

Facebook
Twitter
https://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngRss
YouTube Chanhttps://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngnel
Instagram