Megazap


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les violences intrafamiliales en Polynésie au coeur d'un documentaire ce lundi sur France 3





© 13PRODS
© 13PRODS
Ce lundi à partir de 23h35 (Horaire Métropole, ndlr), France 3 proposera un documentaire de Laurence Generet qui sera consacré aux violences intrafamiliales en Polynésie française.

En Polynésie, derrière la carte postale, il existe une réalité plus crue. Ce territoire est affecté par un fléau en constante progression : les violences intrafamiliales.

C'est au sein même des familles que l'on court le plus de risques. Or, dans l'intimité d'un foyer, la violence peine souvent à se laisser observer.

C'est par le récit poignant des victimes que nous pouvons en déchiffrer les contours et les absurdités.

Engagées corps et âme dans la lutte contre ces violences, quatre professionnelles de la justice, de la police et du social nous invitent à les suivre au plus près de leurs actions sur le terrain. Pour mieux appréhender la complexité d'un fait sociétal malheureusement encore tabou au Fenua et mettre des mots… sur des maux.

Wendy Otomimi, juriste à l’association Te rama Ora, Wendy Lichao-Maoni, travailleuse sociale à l’association Emauta, pour redonner l’espoir, et Vaitukuaki Allain, psychologue clinicienne à l’association Te rama Ora, aident ces victimes qui vivent un quotidien rempli de peur et de violences souvent répétées. Dans le livre de ces brutalités, des chapitres s’écrivent encore chaque jour. La force des témoignages de Vaiana, Lisa, Lina ou encore Noémie, la puissance des scènes racontées, deviennent les moteurs de ces jeunes femmes engagées dans ce combat.                                         

Pour mieux comprendre comment et pourquoi la famille forme parfois un espace de tensions exacerbées, aussi bien par la détresse sociale (alcool, drogues, précarité économique...) que l’absence totale de verbalisation ou le manque d’intimité dans l’univers clos du foyer, la caméra de la réalisatrice suit également Karine Vincent, major à la Brigade de la famille de la Police nationale de Papeete. Elle auditionne et prend en charge les auteurs de violences sur le district de Papeete et Pirae. Et, sous son regard acéré, leur parole passe rapidement du déni aux aveux.

À Tahiti, il existe aussi un foyer catholique, le Bon Samaritain, qui est le seul centre d'accueil d'urgence du territoire en capacité de prendre en charge des victimes, mais aussi des auteurs de violences conjugales. Une convention a été établie entre le parquet et l'association Emauta, pour redonner l’espoir pour mettre en place un dispositif judiciaire d'éloignement de l'auteur du domicile familial, pour éviter la case prison. Ces moyens mis en place sont naissants.

Si la violence touche majoritairement les 30-40 ans, la jeunesse n'est malheureusement pas épargnée. Des actions sont menées régulièrement pour endiguer ce fléau dans des maisons associatives. Des foyers accueillent également des jeunes filles mineures ou majeures avec leurs bébés, en situation d'errance, pour éviter la rue. Des jeunes mères pour qui le quotidien n'est pas toujours évident. 

Ce film révèle une réalité sociétale qui s’incarne dans des histoires intimes et personnelles. Un documentaire important pour porter un débat public sur des maux dont nous tardons à trouver le remède.

Ludovic Belzamine
Rédacteur en chef de Megazap.fr En savoir plus sur cet auteur

Notez

Rédigé le Lundi 22 Janvier 2024 à 11:08 |





Nouveau commentaire :
Twitter















Partager ce site





@megazap.fr