Connectez-vous S'inscrire
Menu
Megazap


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Documentaire : À la découverte des « Blancs-Matignon » de la Guadeloupe, le 20 juin sur France 3 et La1ere.fr





© Axe Sud / France Télévisions
© Axe Sud / France Télévisions
Ce soir, France 3 et le Portail Numérique La1ere.fr diffuseront un documentaire inédit de Michel Reinette et Mariette Monpierre sur la communauté des « Blancs-Matignon » de la Guadeloupe.

À une quarantaine de kilomètres de Pointe-à-Pitre, dans la région des Grands Fonds, dans la commune du Moule, vivent ceux que l’on appelle les « Blancs-Matignon » en Guadeloupe, et dont l'histoire est unique.

Fuyant la répression contre les propriétaires d’esclaves après la première abolition de 1794, ces anciens colons d’origine européenne se sont repliés dans une région escarpée et difficile d’accès. Le premier d’entre eux, Leonard Matignon dit La Creuse a donné son nom à tous ceux qui l’ont accompagné et suivi. Ils ont fait souche et leurs descendants ne passent pas inaperçus.

Aujourd’hui, à part leur origine et la couleur de leur peau, ces « Blancs-Matignon » n’ont pas grand-chose de commun avec les Békés de Martinique ou les Blancs pays de Guadeloupe, souvent d’ascendance noble, grands propriétaires terriens, qui ont jusqu’à ce jour un rôle central dans l’économie des Antilles.

D’ailleurs, les « Blancs-Matignon » sont désignés comme des « petits Blancs ». Depuis plus de deux siècles, ils vivent isolés et pauvres, en toute discrétion, ce qui a favorisé des fantasmes sur leur identité. Ils restent méconnus et secrets de réputation.  

Michel Reinette et Mariette Monpierre ont gagné leur confiance et nous font pénétrer dans leur enclave. Ils nous montrent comment vivent ces Guadeloupéens entièrement à part. Ils leur donnent la parole sur leur endogamie et leur refus supposé de tout métissage avec les autres composantes de la population, pour préserver « leur race ».

Les réalisateurs s’appuient sur deux passeurs liés aux « Blancs-Matignon » : Jocelyn Akwaba Matignon, artiste-peintre dont la mère est issue de ladite communauté et dont le père était un homme noir de Pointe-à-Pitre. Mais aussi Estelle-Sarah Bulle, l’écrivaine qui, dans son roman Là où les chiens aboient par la queue, évoque les Grands Fonds et sa grand-mère Estelle-Eulalie dont les rhizomes sont dans la région.

Michel Reinette et Mariette Monpierre démontrent que les soubresauts de l’histoire peuvent devenir solubles dans l’idée d’un devenir commun, sans sophisme et se défendant d’avoir jamais été intrusifs.

Le film documentaire sera visible dès 18h00 (horaire métropole, ndlr) sur le portail numérique La1ere et à un horaire très tardif soit 00h15 dans la case "Outremer.ledoc" sur France 3.

Notez

Rédigé le Lundi 20 Juin 2022 à 08:36 |
Ludovic Belzamine
Rédacteur en chef de Megazap.fr En savoir plus sur cet auteur





Nouveau commentaire :
Twitter













Partager ce site






@megazap.fr