Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Outre-Mer 1ère propose aux chaînes privées l’accès en différé à Miss France 2015, TNTV juge cette offre "Indigne" et "Déplacée" et du "mépris" selon Antenne Réunion


Rédigé le Mardi 2 Décembre 2014 à 09:44 |




La polémique sur la diffusion de l’élection de Miss France, ce samedi par Polynésie 1ère, est loin d’être terminée. Hier, le réseau Outre-Mer 1ère, dans un communiqué, a proposé aux chaînes privées un accès en différé à l’élection de Miss France de ce weekend.
Une proposition que refuse les dirigeants des chaînes concurrentes qui ne s’accommodent évidemment pas d’un simple différé. Parmi lequel, on retrouve le directeur de la chaîne TNTV, Philippe Roussel qui dans un communiqué juge cette offre “indigne et déplacée” et le communiqué “arrogant et digne de la colonie”.
Communiqué de TNTV
Dans un communiqué ce jour, le directeur du réseau de 1ère, Michel Kops, annonce avec arrogance que les chaînes privées d'Outre-mer peuvent diffuser en différé l'élection de Miss France 2015. Et, estime que nous devrions nous contenter des miettes laissées par France Télévisions sur le Fenua.
Depuis deux ans, contrairement à ce qu'affirme Michel Kops, Polynésie 1ère n'a de cesse de nuire à TNTV sans esprit d'ouverture et avec une volonté affichée de durcir les rapports entre acteurs privées et publics.
TNTV dénonce cette attitude hégémonique. Pour rappel depuis Mars 2014, elle a mené plusieurs actions: plainte avec les autres chaînes privées d'Outre-Mer au tribunal de commerce, la saisine du CSA, interpellation de la DGMIC et un courrier adressé ce jour au Président de la République concernant les pratiques déloyales du service public d'Etat à l'égard des chaînes privées, et, l'acquisition des programmes à des conditions discutables.
TNTV dénonce cette attitude qui vise à imposer à la chaîne du Fenua une rediffusion d'un programme qui était jusqu'alors diffusé sur son antenne en direct.
Cette annonce prise unilatéralement, sans concertation avec la direction de TNTV, prouve une fois de plus que Polynésie 1ère cherche, grâce à sa position dominante, et à ses moyens financiers considérables, à écraser la concurrence, mettant en cause le pluralisme dans notre térritoire.
TNTV n'est pas une sous-télévision qui s'adresse à des sous-téléspectateurs.
Par conséquent, nous refusons cette offre que nous jugeons indigne et déplacée.
Communiqué d'Antenne Réunion
Dans un communiqué de presse diffusé ce jour à Tahiti, le directeur du réseau Outremer 1ière, Michel Kops, annonce qu'il propose un " accès différé à l'élection de Miss France 2015 " aux télévisions privées d'Outre-mer estimant en cela être " fidèle ( ...) à sa volonté de développer des rapports harmonieux entre les acteurs privés et publics de la télévision outre-mer ".

Ce revirement qui intervient, sans concertation préalable, à seulement 4 jours d'un événement qui est l'objet de négociations depuis 6 mois, est pour le moins surprenant. Cette opération montre le peu de cas que les dirigeants parisiens du groupe public font des réunionnais et des entreprises réunionnaises.

Car il s'agit en réalité d'une pure opération de communication qui semble avoir pour seule vocation de dédouaner le groupe France Télévisions des pratiques déloyales qui ont été utilisées pour récupérer la diffusion de ce programme, au mépris des habitudes des téléspectateurs qui depuis 20 ans bénéficiaient de ce rendez-vous sur Antenne Réunion.

Au-delà de l'affaire Miss France, il faut savoir que, depuis plus de 2 ans, le groupe France Télévisions au travers ses filiales Outre-mer 1ère, pratique une politique de surenchère systématique auprès des partenaires historiques des télévisions locales privées, contournant ainsi l'esprit de la loi et l'esprit des missions et cahiers des charges du groupe public.

Ainsi, au lieu de se concentrer sur ses missions de service public, en particulier au niveau local, de favoriser les entreprises et le tissu économique réunionnais, d'oeuvrer pour une concurrence saine et nécessaire, le groupe France Télévisions et les Outre-mer 1ère déstabilisent le marché et entraînent une grave éviction des chaînes locales privées.

Les chaînes privées financées par des fonds privés (ne bénéficiant donc pas de la redevance) alertent de nouveau les pouvoirs publics sur les atteintes graves et répétées à la concurrence commises par le groupe France Télévision en Outre-mer notamment au regard du fait que les Outre-mer 1ère sont financées à 90% par des fonds publics et qu'elles s'appuient sur la puissance financière du groupe France Télévisions, notamment en matière d'achats de programmes.

Suite aux états généraux des Outre-mer qui se sont tenus sous l'égide du CSA en décembre 2012, le groupe public s'était engagé à mener avec Antenne Réunion et les chaînes privées d'Outre-mer des discussions sur la mise en place d'un code de bonne conduite entre les acteurs privés et publics. Force est de constater aujourd'hui que France Télévisions non seulement est fermée au dialogue mais s'arroge désormais le droit de fixer des règles de concurrence sur-mesure.

Du fait de cette situation Antenne Réunion a engagé en mai 2014 une action contre France Télévisions devant le Tribunal de Commerce de Saint-Denis et conjointement avec les autres chaînes locales a saisi le Président de la République le 1 décembre 2014.

L'ambition d'Antenne Réunion, depuis sa création, a toujours été d'apporter aux Réunionnais une télévision de qualité, tout en respectant les conditions du pluralisme et d'une saine concurrence de l'audiovisuel à la Réunion.


© Crédit Image: TF1


Notez

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV / SVOD | Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture | Société



















Partager ce site




TV en Direct

PUB FACEBOOK.png