TRACE TALENT : le concert des jeunes artistes de la saison 4 se tiendra à Marseille, le 13 juin à l’Affranchi, en présence du parrain Franglish et suivi d’un concert de Take A Mic ! 12/06/2024 "La planète des Singes : Les origines", "The Beekeeper", "Fallout"... : Le top 10 des films et séries les plus populaires en mai 12/06/2024 Le documentaire inédit "Fan de Cocorico" diffusé le 26 juin sur Canal+ Polynésie 12/06/2024 Discovery Investigation (ID) présente Nick & Aaron Carter : Gloire et tragédie sa nouvelle série documentaire 12/06/2024 Relais de la flamme olympique en Polynésie : Une soirée interactive pour l'allumage du chaudron à suivre sur Polynésie La 1ère 12/06/2024 La telenovela américaine "La maison d'à côté" revient dès le 12 juin sur Novelas TV 12/06/2024 SVOD : la plateforme Max désormais disponible 11/06/2024 L’État, le ministère de la Culture, la direction des affaires culturelles de La Réunion, le Centre national de la musique et la région Réunion signent un deuxième Contrat de filière musiques actuelles visant à soutenir la filière régionale 11/06/2024 Le nouveau service de streaming Max débarque chez Free: 3 mois inclus pour les abonnés Freebox Ultra et Pop  11/06/2024 Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 : Les judokates ultramarines à l'honneur dans un documentaire, le 17 juin sur France 3 et la plateforme La 1ère 11/06/2024
Megazap




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La femme politique guyanaise Eugénie Éboué-Tell à l'honneur dans un documentaire le 27 mai sur France 3 et les plateformes La 1ère et france.tv


Rédigé le Lundi 27 Mai 2024 à 07:08 |



© Fond Privé
© Fond Privé
À l'occasion du 80e anniversaire de la Libération de la France, les plateformes La1ere.fr et france.tv ainsi que la chaîne France 3 proposeront ce lundi, un documentaire inédit de Camille de Brèvedent et Haussman Vwanderda, consacré à Eugénie Éboué-Tell, une héroïne française d'Outre-mer, une combattante inspirante qui a fait de la lutte contre les inégalités sa raison de vivre. 

Loin d’être une « femme de », Eugénie Éboué-Tell est une « Fanm’ Doubout », une femme de pouvoir. Pourtant, les livres d’histoire semblent l’avoir oubliée. Derrière le mari, Félix Éboué, premier gouverneur noir des colonies françaises, puis secrétaire général de la Martinique et gouverneur de la Guadeloupe, il y a bien une femme.

À travers des archives et témoignages de ses descendants, d'historiens et de personnalités politiques, ce documentaire porte un éclairage inédit sur cette résistante et femme politique guyanaise dont le parcours fut aussi un symbole d'émancipation, de liberté et de courage.

L'histoire d'Eugénie Éboué-Tell commence en Guyane, où elle naît en 1891. Son père, Herménégilde Tell, ancien esclave ayant gravi tous les échelons jusqu’à devenir le premier directeur noir du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni, l’envoie au lycée de jeunes filles de Montauban pour parfaire son éducation. Diplômée à 20 ans, elle revient en Guyane et devient la première institutrice noire du territoire.

Sa rencontre puis son mariage avec Félix Éboué est un premier tournant dans sa vie. En 1936, le couple rejoint la Guadeloupe où Félix occupe le poste de gouverneur. Sa femme le seconde alors dans tous ses postes administratifs et s’occupe de relire tous ses discours. Elle l’aide également à soutenir une politique de respect des institutions et à développer l’instruction publique dans les colonies.

Nommé par le général de Gaulle en novembre 1940, Félix Éboué devient gouverneur général de toute l’Afrique-Équatoriale française (AEF) pour la France libre. De son côté, Eugénie Éboué-Tell rejoint les Forces françaises libres où elle s’engage pendant trois ans (1941-1944) comme infirmière à l’hôpital militaire de Brazzaville, au Congo, capitale de la France libre. À la Libération, en 1945, elle reçoit la médaille de la Résistance, la croix de guerre et sera faite chevalier de la Légion d’honneur. Malgré cette reconnaissance, Eugénie Éboué-Tell continue d’être réduite à un rôle ornemental de « femme de ».

Le décès de son mari avant la fin de la guerre, en 1944, est un drame. Des centaines de lettres d’amour nous montrent à quel point le couple était profondément uni. Fidèle à ses combats, Eugénie Éboué-Tell entame une carrière politique et s’affranchit de l’image d'épouse tout en faisant vivre la mémoire de son mari. En 1945, elle fait partie des premières femmes de couleur à être élues à l’Assemblée nationale.

Un an après, cette militante poursuit son plaidoyer au Palais du Luxembourg en devenant sénatrice dans le groupe socialiste, engagée en faveur de l’éducation, la cause des femmes, la justice sociale et l’égalité des droits entre les Outre-mer et l’Hexagone. En 1947, elle rejoint le bureau du RPF (Rassemblement du peuple français) et fait campagne pour de Gaulle. Eugénie Éboué-Tell termine sa carrière politique à la direction de l’Alliance internationale des femmes. En 1958, elle devient conseillère municipale d’Asnières et le restera jusqu’à sa mort le 20 novembre 1972.

Selon l'auteur Guillaume Villemot, Eugénie Éboué-Tell est « la seule femme à avoir été présente dans les trois chambres de la République, à la fois à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Conseil économique, social et environnemental ». Au-delà de sa famille, cette figure engagée transmet un héritage politique fort, dans lequel marchent aujourd’hui de nombreuses femmes politiques françaises. Elle compte parmi les pionnières du féminisme noir et de la décolonisation dans la seconde moitié du XXe siècle.

Le documentaire "Eugénie Éboué-Tell, une héroïne française" est à découvrir ce lundi 27 mai à 23h45 sur France 3 mais aussi sur les plateformes La1ère.fr et france.tv

Notez

Ludovic Belzamine
Rédacteur en chef de Megazap.fr depuis 15 ans. En savoir plus sur cet auteur






Nouveau commentaire :
Twitter








Facebook
Inscription à la newsletter