Megazap


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ālamārī : une œuvre de Yassine Ben Abdallah - Restitution de sa résidence d’artiste en entreprise au sein du groupe Ravate


Rédigé le Samedi 16 Mars 2024 à 07:00 |



Yassine Ben Abdallah Designer-chercheur (crédit photo Zévi Studio)
Yassine Ben Abdallah Designer-chercheur (crédit photo Zévi Studio)
Il y a un an, la Fondation Issop Ravate accueillait une résidence d’artiste dans le magasin historique du groupe Ravate au cœur de Saint-Denis.

Après plusieurs mois de recherches et de réflexion, Yassine Ben Abdallah, designer- chercheur et double lauréat à la Design Parade de Hyères 2023, a dévoilé son œuvre : « Ālamārī », un mobilier en bois de tamarin qui relate l’histoire de l’entreprise et de la famille Ravate. La restitution a eu lieu le vendredi 8 mars à Saint-Denis.

Le Groupe Ravate a toujours œuvré pour des causes sociales et environnementales. Aujourd’hui, cette résidence d’artiste marque l’ouverture de la Fondation Issop Ravate à l’art et à la culture.

« Une résidence d’artiste, c’est un mariage entre deux mondes, l’art et l’entreprise. C’est aussi l’occasion de créer des interactions, de l’inattendu et de la découverte entre un artiste et l’ensemble des acteurs de l’entreprise. A travers notre histoire, Yassine vous raconte aussi celle d’une famille indo-musulmane, celle d’une communauté parmi tant d’autres à la Réunion, celle d’une famille créole », a expliqué Louqman Ravate, en charge de la Fondation Issop Ravate.

La sélection des artistes a été orchestrée par le Fonds Réunion des Talents, en partenariat avec la Direction des Affaires Culturelles, afin d'obtenir une vraie osmose entre les propositions artistiques et les valeurs fondamentales de l’entreprise. La piste proposée par l’artiste, qui était de travailler sur la mémoire et l’identité de la famille Ravate, a retenu l’attention des membres de la Fondation Issop Ravate.

« L’engagement de Yassine Ben Abdallah à explorer les récits de notre histoire créole, à matérialiser notre héritage qui jusque là nous a été conté qu’a travers des traditions orales, au moyen d’un objet nous a beaucoup parlé. Nous l’avons choisi pour ce projet, séduits par sa capacité à évoquer et à transmettre des aspects essentiels de notre patrimoine à travers son art », a soutenu Aïsha Ravate, également en charge de la Fondation Issop Ravate.

Pendant trois mois, l'artiste a ainsi réalisé un travail de recherche basé sur les sciences sociales, en effectuant des entretiens terrain avec les membres de la famille, les collaborateurs et La Maison de l'Héritage du Gujarat. Durant son immersion au sein du magasin Ravate, communément appelé ‘10X20’, « le toît » de la famille, il a questionné ses interlocuteurs sur ce que pourrait être l’objet qui représenterait le mieux le Groupe Ravate. L’idée d’une armoire, Ālamārī en Gujarati a emergé. « Fasciné par l'histoire de la communauté indo-musulmane de La Réunion, j'ai saisi cette opportunité pour explorer ce riche patrimoine familial encore méconnu et souvent conservé au sein des foyers. J'ai ainsi proposé de créer un objet emblématique qui incarnerait ces récits et leur donnerait une présence tangible », a ajouté le designer-chercheur.

Il a collaboré avec le studio d'architecture et de design Materra-Matang et des artisans locaux pour donner vie à ce projet.

Aux côtés des institutions, des partenaires, des collaborateurs et de la famille Ravate, la Fondation a ainsi organisé un évènement pour présenter cet objet de famille, fidèle à l’ADN du groupe, en présence de l’artiste.

« L’objet qui revenait régulièrement lors de mes échanges était ‘Ālamārī’, qui signifie armoire en Gujarati. L’armoire permet de contenir à la fois toutes les histoires de la famille et ses objets précieux, elle est objet de monstration à la fois par sa prestance et par sa grandeur. Le choix du bois comme matériau principal s’est imposé naturellement. Nous avons confectionné le mobilier avec un matériau très présent dans le bassin indien océanique, qui est le bois de tamarin. Cela fait également écho à l’histoire de M. Issop Ravate qui a commencé en vendant du bois de tamarin au service des Eaux et des forêts », explique l’artiste.

Ālamārī une œuvre de Yassine Ben Abdallah (crédit photo : Zévi Studio)
Ālamārī une œuvre de Yassine Ben Abdallah (crédit photo : Zévi Studio)

Notez

Ludovic Belzamine
Rédacteur en chef de Megazap.fr depuis 15 ans. En savoir plus sur cet auteur






Nouveau commentaire :
Twitter















Partager ce site





@megazap.fr