Connectez-vous S'inscrire
Megazap
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Terra Nova: Nouvelle-Calédonie La 1ère et France Ô s'engagent pour l'environnement


Rédigé le Lundi 6 Mai 2019 à 08:35 |




© Marc Le Chélard
© Marc Le Chélard
France Télévisions mène une politique active en matière de responsabilité sociétale et environnementale. Premier groupe audiovisuel français, il se doit, plus que tout autre, d’être exemplaire et porteur de valeurs citoyennes.

1ère série thématique sur l’environnement en Nouvelle-Calédonie, ce programme s’inscrit dans la volonté de France Ô et Nouvelle Calédonie la 1ère de mobiliser les publics autour d’un enjeu mondial.

Ce nouveau rendez-vous est mensuel et sera diffusé chaque jeudi à 21h00 sur Nouvelle-Calédonie La 1ère.

26 minutes pour traverser chaque mois le pays en révélant tous les acteurs calédoniens engagés dans la préservation de la nature. Que ce soit grâce aux savoirs traditionnels, à la science, à la technologie, ou à
des expériences individuelles et empiriques, ces calédoniens œuvrent avec patience et espoir.

Énergies renouvelables, Or Bleu, biodiversité, revégétalisation des massifs miniers, recyclage et gestion des déchets, habitat positif, sont leurs terrains d’action, quelques soient l’échelle et la difficulté.

Quelles sont les contraintes et les limites à ces solutions alternatives, sur le plan environnemental, législatif, pratique ou humain ? Terra Nova décrypte le virage écologique calédonien.

Numéro 1 : l'énergie solaire

L'énergie solaire est l'énergie transmise par le Soleil sous la forme de lumière et de chaleur. Cette énergie est inépuisable et gratuite. Elle fait partie des énergies renouvelables. Avec ses 2500h d’ensoleillement par an, la Nouvelle-Calédonie présente les conditions idéales pour développer ce type d’énergie. Longtemps dépendante des énergies fossiles importées, la Nouvelle Calédonie vise l’autonomie énergétique. Plus ambitieux encore, le pays veut produire la totalité de sa consommation électrique à l’horizon 2025.

Entretien avec la présentatrice, Marilyn Déas

Comment est né ce projet ?

Marylin : Terra Nova est une idée de Bénédicte Gambey la directrice éditoriale de Nouvelle-Calédonie la 1ère . L’émission s’inscrit dans une ligne directrice du groupe France Télévisions, dont fait partie Nouvelle-Calédonie la 1ère, qui en tant que chaîne publique se doit de sensibiliser ses publics au respect et la protection de l’environnement. Terra Nova, c’est une série de huit documentaires consacrés aux problématiques environnementales calédoniennes.

France Télévisions déploie des rendez-vous spéciaux autour des questions de défense de l’environnement et de la biodiversité. Quel est le concept de l’émission et comment s’inscrit-il dans ce mouvement ?

Marylin : Terra Nova, c’est une série problématique environnementale calédonienne. La première émission est consacrée à l’énergie solaire qui se développe particulièrement en Calédonie. Dans ce premier numéro, on va parler de transition énergétique mais, pour les autres volets, on va aussi parler de transition écologique.  Avec cette émission, on va essayer de donner une voix à la nature : on va parler de l’expédition « Planète revisitée », des espèces emblématiques en Calédonie qui peuvent être parfois en danger.

Penses-tu que les Calédoniens soient suffisamment investis dans la protection de l’environnement ? 

Marylin : Ça dépend lesquels bien-sûr mais il y a une prise de conscience générale. Il y a de plus en plus de gens qui s’investissent en faveur de la protection de l’environnement. Il y a eu des actes forts qui ont été mis en place : le classement, en 2008, du lagon au patrimoine mondial de l’UNESCO, un site exceptionnel dans le monde par sa richesse et sa biodiversité. Que l’on soit habitant de Hienghène, de Poindimié ou d’ailleurs, chacun sait que notre lagon est exceptionnel et qu’il faut en prendre soin, sinon …moins de poissons, plus de pollution, plus de déchet !

Plusieurs associations se sont créées pour faire face à ce type de « pollution ordinaire. » A Touho, une association liée au comité de gestion du classement du lagon au patrimoine mondial, œuvre régulièrement à travers des actions de replantation, de nettoyage et plantation de la mangrove et de reboisement.

Qu’est-ce qui, selon vous, a permis d’ouvrir les consciences calédoniennes sur ces 5 dernières années ?

Marylin: 
En février dernier, tous les pesticides à base de glyphosate ont été interdits à la vente au particulier. Cette loi n’est pas encore actée en Métropole. La Nouvelle-Calédonie est en avance. Notamment avec la loi sur l’interdiction du plastique à usage unique, un des grands fléaux mondiaux mais également sur le territoire. La fin du « tout plastique » va permettre aux Calédoniens de développer des filières plus écologiques.

Au Vanuatu, par exemple, les politiques ont interdit les pochons plastiques puis bientôt les couches jetables. Ce n’est pas encore le cas sur le territoire. C’est pour cela qu’il est fondamental de regarder ce que font nos voisins. Le Pacifique riche de sa biodiversité, se doit d’être un exemple. Il faut savoir que tout ce qui finit par terre s’échoue dans la mer.

Quelles astuces pourrais-tu donner aux Calédoniens qui souhaitent se mettre à la permaculture ?  Déjà qu’est-ce que la permaculture ?

Marylin : La permaculture, c’est une technique de culture – biologique - qui est fondée sur plusieurs principes : pas de pesticides, pas forcément d’engrais, on essaye de mixer les plantes, on laisse la nature donner par elle-même. Il est nécessaire de ne pas la forcer ou la contraindre et de nourrir son sol. L’important c’est de désherber à la main et de laisser une couverture végétale.

Un des principes va être de pailler, de protéger le sol, de ne pas le labourer. Le labourage est une technique utilisée depuis des centaines d’années mais elle détruit ce qu’on appelle des complexes humiques. Le sol est vivant, continuons de l’alimenter en éléments nutritifs.

La permaculture, c’est aussi de recréer un sol de forêt, avec des matières organiques. On va nourrir notre sol avec des arbres qui vont l’enrichir, avec des plantes qui vont rejeter et donner de l’azote au sol, par exemple, avec du compost. L’idée c’est de ne rien perdre. On va essayer de moins arroser, de faire en sorte que le sol soit en bonne santé, de garder l’humidité et de ne pas trop intervenir.

Un dernier conseil : surtout lancez-vous !  Commencez à planter partout, où vous pouvez, même si c’est désordonné. On apprend tous en regardant ses plantes pousser.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV | Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture














Partager ce site




Facebook
Twitter
https://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngRss
YouTube Chanhttps://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngnel
Instagram