Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunion : la panique de la filière photovoltaïque


Rédigé le Mercredi 9 Décembre 2020 à 10:06 |




Réunion : la panique de la filière photovoltaïque
Un récent amendement du gouvernement tend à baisser le tarif de rachat de l’électricité solaire. Malheureusement, c’est une filière entière qui risque d’en pâtir avec une cinquantaine d'entreprises réunionnaises impactées, qui font vivre environ 1 000 emplois directs et indirects.
 
Présentée dans le cadre du Projet Loi Finance 2021, l’amendement prévoit une baisse du prix du kilowattheure d’origine solaire produit par les centrales mises en service entre 2006 et 2010. Cet amendement au Projet de Loi Finance (PLF) a été adopté par l’Assemblée Nationale le 13 novembre dernier. Les centrales de moins de 250 kWh ne sont pas concernées. Cette annonce a déclenché une véritable indignation du côté de la filière photovoltaïque réunionnaise. En effet, elle compromet largement l’activité et l’avenir de l’énergie solaire sur l’île de la Réunion.
 
L’argument chiffré du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, défend ce projet de loi en précisant que seulement 600 contrats, sur 235 000 signés avec les acteurs du photovoltaïque, seront concernés par cette mesure. Si ces producteurs doivent subir une revalorisation du prix du kilowattheure, c’est que leur rentabilité est aujourd’hui anormalement élevée comparée à d’autres.
 
En effet, ce tarif est actuellement dix fois supérieur au prix actuel du marché, à savoir 600€ par kilowattheure. Diminuer le prix du kilowattheure permettrait d’économiser entre 300 et 400 millions d’euros pour tout le secteur. Ces économies seraient entièrement redistribuées à des organismes de soutien aux énergies renouvelables.
 
Si la Réunion est fortement agacée par la mise en application de cette nouvelle mesure, c’est notamment que son ambition en matière de transition énergétique est très élevée. En effet, l’île est aujourd’hui très autonome dans ses démarches et tend à continuer dans cette voie-là.
 
À titre d’exemple, EDF et Albioma ont signé un accord pour bannir toute énergie fossile du “mix électrique” de l'île d’ici une dizaine d’années. Cet engagement permet d’inscrire la Réunion comme territoire en autonomie électrique dès 2023 avec pour objectif l’élimination de toute énergie fossile, polluante et coûteuse. Cet événement participe au rayonnement de l’expertise réunionnaise en matière de solutions innovantes dans le domaine du photovoltaïque.

De plus, dès 2030, la région pourrait s’auto-suffire grâce à sa production électrique avec, qui plus est, une électricité verte 100% issue d’énergies renouvelables. Un tout autre projet reste à mener d’ici 2023. Il s’agit de la conversion de deux centrales thermiques insulaires à la biomasse, obtenues à partir de déchets de canne à sucre. Cette transformation permettra ainsi l’exclusion totale du charbon et du fuel sur la totalité de l’île.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV / SVOD | Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture | Courriers des lecteurs


















Partager ce site




PUB FACEBOOK.png

Facebook
Twitter
https://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngRss
YouTube Chanhttps://www.megazap.fr/_images/services_web2/set7/instagram.pngnel
Instagram