Connectez-vous S'inscrire
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les 32 meilleurs films catastrophe de tous les temps


Rédigé le Vendredi 4 Février 2022 à 07:38 |




Image by dric from Pixabay
Image by dric from Pixabay

Ce qui rend les représentations cinématographiques de catastrophes si fascinantes - quand elles sont bien faites, bien sûr - c'est la danse difficile entre plausibilité et fantaisie. Nous assistons, bien calés dans nos fauteuils, à des événements horribles qui arrivent à ces personnages, et nous ressentons à la fois l'excitation de penser "Oui, ça pourrait tout à fait arriver" et le confort rassurant de savoir que nous sommes nous-mêmes en sécurité. Mais que se passe-t-il lorsqu'une catastrophe réelle, authentique et sincère se déroule dans la vie de tous les jours ? Pour certains d'entre nous, les versions à l'écran deviennent insupportables. Pour d'autres - notamment ceux qui ont regardé Contagion et Outbreak ces derniers mois, et vous savez qui vous êtes - ces catastrophes deviendront encore plus palpitantes et intensément voyeuristes.

Alors, Catherine Morel Auteur frcasinospot présente une rétrospective des films catastrophe préférés de tous ces dernières années. Pour cela, Catherine a dû fixer quelques règles : elle a exclu les films qui parlaient également de créatures ou d'invasion extraterrestre. ( Catherine avons également exclu les films de super-héros (donc pas de Superman ou Dark Knight Rises) et les histoires surnaturelles. Catherine estime également que l'ampleur de la catastrophe doit être évidente dans le film (donc pas de Doctor Strange ou de Fail Safe, bien qu'ils soient tous deux d'excellents exemples de films sur l'agression nucléaire). Les films sont présentés dans des formats allant du moins populaire au plus populaire, selon le vote des éditeurs en ligne de cinetrafic.fr. Mais d'abord, plongeons dans l'histoire.

Les origines du genre

Bien sûr, le film catastrophe est l'un des genres les plus anciens du cinéma : il y avait déjà des films sur Pompéi et des bâtiments en feu au tout début du cinéma. (L'un des tout premiers courts métrages narratifs était Life of an American Fireman d'Edwin Porter, datant de 1903). C'est peut-être parce que le cinéma est la seule forme d'art qui peut rendre justice à ce genre de spectacle : on ne peut pas le recréer sur scène, et qui voudrait lire le récit d'une catastrophe quand on peut la voir ? C'est aussi l'un des genres les plus résistants du cinéma. Les westerns, les comédies romantiques et les films de guerre ont beau être de plus en plus populaires, les meilleurs films catastrophe fait toujours parler de lui, même si les spectateurs doivent se contenter de le regarder chez eux. Eh bien, passons à notre liste.

32. 2012 (2009)

Roland Emmerich est devenu le roi du désastre à Hollywood dans les années 1990, principalement en croisant le genre avec des films d'extraterrestres et de monstres, comme Independence Day et Godzilla. Cependant, cette épopée de 2009, remplie de stars, est peut-être son plus pur retour aux années 1970. Dans ce film, des éruptions solaires réchauffent le noyau de la Terre, ce qui entraîne une série d'événements météorologiques et sismiques malheureux. Personne, où que ce soit sur la planète, n'est à l'abri, et l'ampleur de la destruction et du désespoir est si impressionnante que l'on en oublie l'idiotie pure de l'intrigue et des interactions entre les personnages du film. Cela dit, Chiwetel Ejiofor (dans le rôle du scientifique qui découvre ce qui se passe et avertit les autorités compétentes) et Woody Harrelson (dans le rôle d'un animateur radio fanatique et théoricien de la conspiration) se distinguent parmi des milliers de personnages.

31. The Swarm (1978) 

Tous ceux qui ont des frelons meurtriers dans la tête devraient jeter un coup d'œil à ce thriller très décrié sur l'invasion du Texas par des essaims d'abeilles africaines mortelles, réalisé par le roi des films catastrophe des années 1970, Irwin Allen. On a parfois l'impression qu'il s'agit d'une variante plus stupide du film Les oiseaux d'Hitchcock, mais avec un aspect plus scientifique. Michael Caine joue le rôle d'un entomologiste héroïque au visage de pierre, Richard Chamberlain est son rival écologiste, et Henry Fonda est la source de sagesse épuisée, en fauteuil roulant, qui tente désespérément de développer un antidote. Pendant ce temps, Richard Widmark est au sommet de son art dans le rôle d'un général mortifié à l'idée d'être le premier officier américain à perdre une guerre contre une bande d'insectes. Le film n'est cependant pas aussi schlocky qu'il n'y paraît : ses moments les plus tendus sont aussi les plus calmes, comme lorsque le personnage de Fonda teste un antidote en s'injectant du venin d'abeille et en laissant son corps se paralyser lentement.


30. Twister (1996)

Je n'étais pas un fan de Twister lorsque je l'ai vu pour la première fois au cinéma. Et je ne suis toujours pas sûr d'adhérer à la comédie romantique dans laquelle Helen Hunt et Bill Paxton jouent des chasseurs de tempête divorcés mais toujours secrètement amoureux (une prémisse partiellement empruntée, apparemment, à His Girl Friday). Et les seconds rôles de chasseurs de tempêtes ampoulés, sarcastiques et constamment en mouvement (joués par des personnages comme Todd Field et Philip Seymour Hoffman) sont... comment dire délicatement... super ennuyeux. Mais les tempêtes - mon Dieu, les tempêtes. Je me souviens à quel point j'étais terrifié par les tornades lorsque j'en ai entendu parler pour la première fois. Terrifié... mais fasciné. Et le film capte cette crainte et cette obsession enfantines que la nature peut inspirer. Les effets de la tempête tiennent le coup, après toutes ces années. Le réalisateur Jan de Bont a eu une idée intéressante, celle de combiner des effets informatiques de pointe (à l'époque, ils n'en étaient encore qu'à leurs balbutiements - n'oubliez pas que Jurassic Park n'avait que quelques années d'existence à l'époque) avec un dévouement de haut niveau, tout à fait réalisable, aux effets pratiques du monde réel. À l'époque, les acteurs n'auraient pas été ravis de cette décision, ce qui est compréhensible. Cela en valait-il la peine ? Vous devrez décider par vous-même. Mais on regarde toujours Twister, n'est-ce pas ?

29 et 28. Deep Impact et Armageddon (1998)

Je dois faire un autre aveu : Je n'aime vraiment pas du tout Deep Impact, et j'aime sincèrement Armageddon. (La plupart des spectateurs d'aujourd'hui pourraient inverser cette affirmation.) Mais j'ai toujours du mal à ne pas considérer ces deux films sur les astéroïdes, qui sont sortis à quelques semaines d'intervalle en 1998, comme des complices à un certain niveau. L'attrait d'Armageddon à l'époque avait quelque chose à voir avec Deep Impact : Alors que le film de Mimi Leder était une tentative sensible et émotionnelle d'aborder la tragédie de l'impact d'un astéroïde géant, celui de Michael Bay était une complaisance macho dans les théâtres des films d'action. L'un des films se concentrait sur les habitants de la Terre, condamnés, l'autre sur les cow-boys de l'espace qui tentaient de faire exploser le gros rocher spatial.

Si vous avez trouvé que Deep Impact était un film sentimental pompeux et surfait (comme moi), Armageddon a été ressenti comme une réplique vivifiante, mais non moins surfaite, de ce sentiment. Et si vous avez trouvé qu'Armageddon était un film de testostérone débile et branlant qui n'arrivait même pas à garder ses propres personnages en tête, il y a de fortes chances que Deep Impact ait été ressenti comme un correctif intelligent. Ces deux-là sont le yin et le yang des films de géants-astéroïdes.

27. Earthquake (1974) 

Charlton Heston est l'ingénieur qui se retrouve à se précipiter dans un Los Angeles en train de s'effondrer pour sauver sa maîtresse (Geneviève Bujold) et son fils. Comme beaucoup de films catastrophe, il s'agit d'un feuilleton turgescent qui est mis à mal par le chaos. Mais oh, quel chaos glorieux ! Les effets sont un peu vieillots, mais le réalisateur Mark Robson a fait subir à la ville un tel traitement que l'ampleur de la destruction est à couper le souffle. Même lorsqu'il est clair que ce que nous regardons sont des maquettes et, lors d'un moment particulièrement dérangé, une giclée de sang animée à la main qui arrive directement à la caméra.

26. The Wandering Earth (2019) 

L'un des plus gros succès au box-office de l'histoire de la Chine, ce méli-mélo dérangé et hypnotisant de tous les tropes imaginables du film catastrophe et de la science-fiction ressemble parfois à un tir à l'arc d'Hollywood dans sa démesure. Voici le principe : la crainte de la disparition du soleil incite les Terriens du futur à mettre de côté leurs différends et à lancer notre planète (en utilisant des moteurs terrestres géants comme propulseurs) dans le cosmos à la recherche d'un nouveau système solaire. Mais en cours de route, la Terre commence à être attirée par la force gravitationnelle de Jupiter. Les Terriens doivent donc essayer d'enflammer l'atmosphère de Jupiter pour renvoyer la Terre dans l'espace. Inutile de dire qu'il y a des complications. C'est 2012 qui rencontre Geostorm qui rencontre Snowpiercer qui rencontre The Day After Tomorrow qui rencontre The Mortal Engines qui rencontre Interstellar qui rencontre Pacific Rim qui rencontre un certain nombre d'autres films, et puis un tas d'autres nouvelles conneries pour faire bonne mesure. Et tout cela fonctionne. Je pense que j'ai pleuré au moins quatre fois.

25. Les derniers jours de Pompéi (1959) 

Cette production de 1936 d'Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper, le duo à l'origine de King Kong (un autre film qui a eu une influence considérable sur le genre catastrophe), suit un forgeron romain désespéré qui devient gladiateur, esclavagiste, commerçant et homme d'affaires puissant à l'époque de Jésus, puis voit l'erreur de sa voie grâce à son exposition au christianisme à la veille de la dévastation de Pompéi. La religion est lourde, mais aussi étonnamment puissante, surtout lorsque le volcan explose.

24 et 23. Le Pic de Dante et Volcano (1997)

Un autre duo SFX. Ces deux films sont sortis en 1997, et ils se comparent et s'opposent de manière amusante. Dans Le Pic de Dante, Pierce Brosnan est un géologue hanté qui se rend dans une petite ville pour enquêter sur l'activité sismique d'un volcan endormi depuis longtemps. Il se retrouve en couple avec Linda Hamilton, maire et mère célibataire, alors qu'ils fuient désespérément des nuages de cendres mortels. Dans Volcano, Tommy Lee Jones est un gestionnaire d'urgence de la ville et un père célibataire qui se retrouve à lutter contre des rivières de lave et à entretenir une relation amoureuse avec Anne Heche, sismologue, après l'émergence d'un nouveau volcan sous L.A. Le Pic de Dante se concentre davantage sur la romance, et Volcano sur l'ampleur démente de la destruction. Les deux sont suprêmement ridicules et suprêmement divertissants. Combinés, ils pourraient constituer une liste maîtresse de toutes les meilleures et pires choses des films catastrophe.

22. Le jour où la terre a pris feu (1961)

Les Britanniques ont su créer l'un des films catastrophe les plus sobres de tous les temps. Des essais nucléaires ont fait sortir la Terre de son axe, la planète est maintenant attirée par le soleil, il y a des émeutes dans les rues et tout devient absurdement chaud... mais il s'agit autant d'un film de journalisme vif et spirituel que d'autre chose. Les effets ont vieilli (tout comme certaines des attitudes romantiques affichées, étant donné que notre héros est un journaliste avide de rencontrer une jolie standardiste pendant que la planète brûle), mais les aperçus des bureaux animés des journaux et l'attention portée aux détails journalistiques sont tout à fait intéressants.

21. The High and the Mighty (1954) 

Ce film de William Wellman, tendu et dur, est un exemple précoce du film de catastrophe aérienne qui deviendra plus tard un élément essentiel du cinéma des années 1970. Cette fois, ce sont des pilotes hantés et durs à cuire, John Wayne et Robert Stack, qui s'efforcent de faire atterrir un avion endommagé qui perd régulièrement du carburant, tandis qu'un groupe divers et diffus de passagers est aux prises avec ses propres démons. Certains effets ont peut-être vieilli, mais pas le suspense.

20. Le jour d'après (2004)

Dans le chef-d'œuvre environnemental de Roland Emmerich, le changement climatique déclenche une série d'événements qui envoient des super-tempêtes massives sur la Terre, nous précipitant dans une nouvelle ère glaciaire. L'intrigue, qui implique en grande partie Dennis Quaid essayant de se rendre à Manhattan pour sauver son fils Jake Gyllenhaal, est ridicule mais touchante. Si l'ampleur de la destruction imaginée par Emmerich n'est pas comparable à l'anéantissement mondial de 2012, son dernier succès, Le Jour d'après est un film d'agitation impressionnant, jusqu'à l'apparition d'un vice-président américain qui refuse le changement climatique à la Dick Cheney et qui doit ironiquement mener un exode vers le Mexique. Pour une fois, on a l'impression que ce réalisateur ressent profondément ces questions, à sa manière, brute et grandiloquente.

19. Greenland (2020)

Pour une raison quelconque, Gerard Butler a l'impression d'être le roi non couronné des films catastrophe. Principalement parce que la série Has Fallen, bien que n'étant pas techniquement des films catastrophe, traficote lourdement dans les plaisirs apocalyptiques du genre. Et aussi parce que le film de science-fiction catastrophe Geostorm, bien que mauvais, contenait tellement de choses qui auraient dû être géniales. Mais voici un film catastrophe de Gerard Butler qui est vraiment génial, une sorte de croisement entre Melancholia, 2012 et "The Shelter" de Rod Serling. Une comète se dirige vers la Terre et risque de provoquer un phénomène d'extinction sur toute la planète. Notre héros est un ingénieur en bâtiment qui reçoit un message l'informant que lui, sa femme et son fils diabétique ont été choisis pour être évacués avec un groupe restreint d'autres personnes vers des abris secrets (je vous laisse deviner où ils pourraient être situés). Comme vous pouvez l'imaginer, les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu, et la famille est non seulement séparée à nouveau, mais doit aussi trouver un moyen de se frayer un chemin jusqu'aux aérodromes secrets où, vraisemblablement, ils pourront prendre un vol vers la sécurité.

18. Crawl (2019)

Kaya Scodelario joue le rôle d'une étudiante et d'une nageuse de championnat qui tente de prendre des nouvelles de son père têtu (Barry Pepper) alors qu'un ouragan massif frappe la Floride - pour se retrouver coincée avec lui dans le sous-sol sombre et inondé de leur ancienne maison familiale, piégée par deux alligators géants. C'est à la fois un psychodrame familial, un film sur les alligators tueurs et un film catastrophe. Le réalisateur Alexandre Aja, expert en films d'horreur austères et serrés, fait monter la tension avec l'efficacité impitoyable d'un ingénieur sadique, mais Crawl ne semble jamais bon marché ou opportuniste. Nous nous attachons de manière inhabituelle à la survie de cette jeune femme et de son père.

17. Dans le vieux Chicago (1937) 

Le récit du réalisateur Henry King sur deux frères ambitieux qui sont aux antipodes de la loi dans le Chicago du début du siècle doit clairement beaucoup au grand succès de 1936, San Francisco. Et, à l'instar de ce premier film, celui-ci reprend son histoire de débauche et de droiture et réconcilie le tout dans un troisième acte enflammé. Cette fois, cependant, les frères en question s'appellent O'Leary - et c'est leur mère (fictive) qui possède la vache qui met le feu à la grande ville américaine. La destruction à la fin, avec des bâtiments qui explosent bruyamment à gauche et à droite, est toujours aussi impressionnante.

16. Pompéi (2014)

Tout le monde n'a pas aimé le film d'amour et de catastrophe romaine de Paul W.S. Anderson à sa sortie. En fait, la plupart des gens l'ont probablement détesté. Mais bien qu'il raconte une histoire assez évidente - le jeune esclave gladiateur de Kit Harington tombe amoureux de la beauté aristocratique d'Emily Browning, à la veille de l'oblitération de la ville romaine décadente par un volcan voisin en éruption - le film d'Anderson, au rythme rapide et coloré, offre de nombreux frissons viscéraux. Et lorsque le Vésuve explose enfin, Pompéi devient un glorieux spectacle d'anéantissement, le réalisateur détruisant ses décors et ses personnages avec toute la jubilation d'un jeune garçon faisant fondre ses figurines. Si vous avez l'occasion de le voir en 3D, faites-le.

15. Only the Brave (2017) 

Alors que la plupart des films catastrophe suivent quelques jours ou quelques heures de la vie de leurs personnages, ce récit dévastateur, basé sur des faits, des Granite Mountain Hotshots, un groupe de pompiers d'élite de l'Arizona qui déclenchent leurs propres contre-feux pour combattre et contenir les feux de forêt, est une épopée qui englobe plusieurs années. En conséquence, il est beaucoup plus émotionnellement engageant et honnête que le film catastrophe moyen - nous avons un réel sentiment de ces gens en tant qu'êtres humains. C'est aussi l'occasion de découvrir de près la profession de pompier. La minutie de la lutte contre les incendies - les outils utilisés, les procédures suivies, l'état d'esprit requis - est fascinante à observer. Mais le réalisateur Joseph Kosinski offre également un véritable spectacle, en décrivant les incendies dans toute leur splendeur visuelle sans jamais lésiner sur la tension et le danger.

14. The Perfect Storm (2000) 

Wolfgang Petersen (qui a réalisé l'épique thriller sous-marin Das Boot) était en quelque sorte le choix idéal pour diriger cette adaptation du best-seller de Sebastian Junger sur un trio d'événements météorologiques qui sont entrés en collision en 1991 et ont causé d'horribles dégâts dans tout le nord-est des États-Unis. Centré principalement sur le bateau de pêche commerciale Andrea Gail et son équipage condamné composé d'ouvriers (dont George Clooney et Mark Wahlberg, qui n'étaient pas encore des monstres, sans oublier John Hawkes et John C. Reilly), le film est une clinique de la tension qui fait frémir.

13. K-19 : The Widowmaker (2002)

Les gens se fâchent contre moi quand je dis que je pense que c'est le chef-d'œuvre de Kathryn Bigelow, surtout parce que c'est le film qui a presque tué sa carrière (avant que le film oscarisé Hurt Locker ne la ressuscite). Il faut certes se faire à l'accent russe de Harrison Ford, mais cette épopée sur la catastrophe survenue en 1961 à bord d'un sous-marin nucléaire soviétique, qui a entraîné des fuites de radiations, des incendies, une mutinerie et un héroïsme stupéfiant et désintéressé de la part de l'équipage, n'est pas seulement intensément claustrophobe et terrifiante, elle est aussi véritablement empreinte de compassion : Bigelow a toujours eu un réel sens de la description du machisme sans issue, mais ici il a été croisé avec une réelle admiration pour les sacrifices de ces hommes.

12. The Wave (2015)

Ce thriller norvégien surpasse la plupart des films catastrophes américains par son suspense et son spectacle. Le film montre ce qui se passe lorsqu'une montagne entière s'effondre dans un fjord, déclenchant un tsunami qui promet de ravager la tranquille ville côtière de Geiranger en dix minutes. Notre héros, le géologue qui a été le premier à avertir de l'effondrement imminent, doit maintenant sauver sa famille - y compris sa femme et son fils, qui sont piégés sous l'eau dans un hôtel. Ce qui se passe réellement au cours de ces dix minutes - et par la suite aussi - est assez tiré par les cheveux, mais le réalisateur Roar Uthaug ne se laisse pas décourager : Il dépeint les événements avec une telle immédiateté et une telle tension que nous sommes trop occupés à essayer de ne pas mourir d'une crise cardiaque pour nous demander si tout cela est plausible. Le film gagne des points en ne suivant pas la voie habituelle qui consiste à suivre un ensemble diffus de personnages. En se concentrant sur cette seule famille, La Vague parvient à être exceptionnellement tendre pour un film catastrophe ; nous nous sentons véritablement investis dans ces personnes. La vague est également magnifique, presque aussi impressionnante que celle de The Perfect Storm. Plusieurs années plus tard, ces personnages sont revenus pour une suite tout aussi efficace, intitulée The Quake, dans laquelle notre géologue traumatisé doit maintenant sauver sa famille éclatée alors qu'un tremblement de terre apocalyptique frappe Oslo. Certains éléments de l'histoire sont les mêmes - la Norvège ignore à nouveau les avertissements de notre héros - mais la dévastation est encore plus complète.


11. Airport (1970) 

Dans l'adaptation étoilée de George Seaton du roman d'Arthur Hailey, le grand désastre arrive tard dans l'histoire. Jusqu'à ce qu'un homme désespéré fasse un trou dans le flanc d'un vol transatlantique (piloté par Dean Martin), le film se résume essentiellement à Burt Lancaster, le chef de l'aéroport, qui doit faire face à une chute de neige épique, à un avion bloqué sur la piste, à un mariage raté, à des voisins en colère et à toutes sortes d'autres manigances. C'est le genre de drame brillant, à plusieurs personnages, auquel Hollywood touche rarement de nos jours. Mais c'est aussi un film très, très étrange, qui frôle parfois la comédie.

10. Airplane ! (1980) 

Ce serait un oubli flagrant de ne pas inclure ce film, la parodie enjouée de l'équipe Zucker-Abrams-Zucker sur le genre des catastrophes aériennes, avec un énorme casting, des apparitions de héros sportifs (cette fois, au lieu de O.J. Simpson, c'est Kareem Abdul-Jabbar), une intrigue secondaire romantique, des flashbacks dégressifs (à la manière de l'Airport original) et des gags sans fin sur tout le jargon technique de ce type de films. Bien sûr, le film est aujourd'hui un classique de la comédie, mais rien ne garantissait qu'il aurait fonctionné ; le film catastrophe a toujours fonctionné, dans une certaine mesure, comme sa propre auto-parodie. Mais en poussant le comique à un tel point, Airplane ! se distingue vraiment et tient toujours la route.

9. San Francisco (1936)

Dans ce classique de la comédie musicale romantique, Clark Gable est le propriétaire de saloon Blackie Norton, "l'âme la plus impie, la plus moqueuse et la plus incrédule de tout San Francisco", et Jeanette MacDonald est la chanteuse angélique dont il tombe amoureux et dont la voix, ainsi que les ravages causés par le tremblement de terre de 1906, l'obligent à changer ses habitudes. On pourrait dire que le personnage de Gable représente toute la ville - un lieu de péché et de corruption sans fin, comme nous l'explique le père Tim de Spencer Tracy. Le film, qui se construit jusqu'au tremblement de terre et à ses conséquences, est donc une histoire de transformation, puisque nous voyons ce chaudron d'anarchie s'aplatir et une nouvelle ville émerger dans son sillage.

8. Contagion (2011)

Film catastrophe de l'homme qui réfléchit, le regard de Steven Soderbergh sur une épidémie mondiale qui touche toutes les couches de la société - comme c'est pittoresque ! - évite l'habituel feuilleton dramatique d'un film catastrophe typique. Au lieu de cela, Soderbergh et le scénariste Scott Z. Burns se concentrent sur le processus, et sur la société poussée à l'extrême. Mais l'observation fine du scénario et l'aisance habituelle du réalisateur avec les acteurs font de ce film un véritable bijou - un film qui, s'il ne semble pas consacrer beaucoup de temps au développement des personnages, se faufile dans votre vie émotionnelle.

7. L'aventure du Poséidon (1972)

Un autre classique d'Irwin Allen. Cette fois, c'est un paquebot de luxe qui chavire à la suite d'un tsunami provoqué par un tremblement de terre sous-marin. Gene Hackman, ministre déchu, et Ernest Borgnine, policier à l'esprit vif, tentent de ramener les survivants en lieu sûr, au prix de nombreux accidents étranges et de nombreux hurlements au ciel en cours de route. Ce qui rend ce film si spécial, c'est la façon dont il transforme ce bateau géant - une merveille d'ingénierie moderne - en une course d'obstacles terrifiante et mortelle. Le remake de 2006 tant décrié (réalisé par Wolfgang Petersen, de Das Boot et Perfect Storm) est également assez solide.

6. Melancholia (2011)

Le drame métaphysique et apocalyptique de Lars von Trier met en scène Kirsten Dunst dans l'un de ses plus grands rôles, celui d'une femme dépressive et troublée qui devient ironiquement la seule personne capable de garder le cap lorsqu'il est révélé qu'une planète voyou se dirige vers la Terre et va bientôt détruire notre planète. S'agit-il vraiment d'un film catastrophe ? Une grande partie du film suit le brouhaha et les minuscules drames émotionnels qui entourent le mariage de Dunst. Mais alors que la fin commence à se profiler, von Trier capte astucieusement la montée du désespoir et la folie des humains qui se débattent face à l'inévitable. Le film évite certes la surenchère emmerichienne, mais il est imprégné de désespoir, tant à l'échelle intime qu'épique. En ce sens, on pourrait dire que c'est le film catastrophe par excellence.

5. Miracle Mile (1988)

L'armageddon nucléaire est considéré comme une catastrophe, non ? Dans le film indépendant et coloré de Steve De Jarnatt, un homme et une femme se rencontrent dans les fosses de goudron de La Brea, puis se donnent rendez-vous plus tard dans la soirée. D'abord, une panne d'électricité les en empêche. Puis, notre héros (joué par Anthony Edwards) découvre, grâce à un appel téléphonique errant, que la guerre nucléaire a commencé. Tandis que la ville qui les entoure se transforme en un chaos total, les deux jeunes amoureux tentent de renouer le contact. La manière troublante dont le réalisateur De Jarnatt suit la façon dont un appel téléphonique peut dégénérer en une folie totale dans toute la ville est extrêmement captivante. Et pourtant, même s'il dépeint toute cette horreur, le film ne perd jamais de vue son humour ou son côté ludique. L'un des grands films les plus sous-estimés des années 1980.

4. A Night to Remember (1958)

Réalisé par Roy Ward Baker, cette adaptation en 1958 du livre de Walter Lord sur le naufrage du Titanic est un excellent exemple d'observation méticuleuse et d'humanisme. Il s'agit moins du spectacle du naufrage du navire que de l'observation des interactions humaines individuelles au cours d'une soirée - alors que la confiance dans les merveilles de la technologie finit par se transformer en pur désespoir. James Cameron a fini par tout porter à son comble, mais ce film catastrophe étonnamment calme est merveilleux à sa manière.

3. The Birds (1963)

Oui, il s'agit bien d'un film catastrophe. Dans le thriller classique d'Alfred Hitchcock, une romance naissante entre Tippi Hedren et Rod Taylor est interrompue lorsque les oiseaux - tous les oiseaux - commencent à se rassembler en groupes énormes et à attaquer les humains. Mais Hitchcock prend ce qui aurait pu n'être qu'une pièce de chambre symbolique - un film d'horreur existentiel - et l'élargit, montrant le chaos que les attaques d'oiseaux provoquent dans toute la ville, et probablement au-delà.

2. La Tour infernale (1974)

L'épopée du producteur Irwin Allen et du réalisateur John Guillermin, nommé aux Oscars, sur un gratte-ciel de San Francisco - le plus haut du monde ! - qui prend feu lors de sa première... je veux dire sa première nuit, est un feuilleton passionnant sur le péché, l'ambition et l'héroïsme. Paul Newman est l'architecte qui construit un gratte-ciel géant pour William Holden ; Richard Chamberlain est le gendre insolent dont le câblage de mauvaise qualité provoque un incendie ; Steve McQueen est le pompier dur à cuire qui doit éteindre la conflagration. Incroyablement évocateur film, et les effets sont toujours aussi phénoménaux.

1. Titanic (1997)

L'histoire d'amour vouée à l'échec et l'épopée catastrophique de James Cameron sont une combinaison idéale de romance adolescente et de film d'action à la pointe de la technologie. Le grand talent de Cameron a toujours été sa capacité à fusionner son approche de l'action par l'ingénieur et ses obsessions narratives particulières. Ici, il associe son amour de la mer et son penchant pour les histoires d'amour à l'eau de rose à une grande tragédie réelle, pour aboutir à un film inoubliable. Quant à la litanie de plaintes concernant les dialogues éculés, elle est bien réelle : L'histoire de Jack (Leonardo DiCaprio) et Rose (Kate Winslet) fonctionne si vous les acceptez comme des enfants - ce qu'ils sont clairement dans le film. C'est l'histoire de deux jeunes qui se rencontrent, tombent follement amoureux et sont ensuite séparés par un désastre inimaginable - un désastre rendu par le réalisateur obsessionnel avec des détails minutieux, haletants et atroces. C'est magnifique et terrifiant.

L'impact du genre du film catastrophe sur les affaires

Bien que les films catastrophe ne soient pas un genre très drôle, ils gagnent de plus en plus en popularité.En raison de l'énorme base de fans, de nombreux films ont leur propre marque, qu'il s'agisse d'un sac ou d'étuis de téléphone avec le logo, ou parfois de toute une collection de vêtements. Dans le cas des films Titanic, une machine à sous entière appelée "Titanic machine à sous" a été créée pour les fans. Il a gagné la sympathie de nombreux fans pour tenter leur chance. Si vous aussi, vous êtes un fan du film Titanic, nous vous recommandons d'y jouer. Et pour ceux d'entre vous qui aiment les jeux classiques, nous vous recommandons de visiter les Casinos avec blackjack en ligne, et de jouer quelques parties. Si le blackjack n'est pas à votre goût, vous trouverez de nombreux autres jeux tout aussi populaires.

Résumé

Les films catastrophe sont un genre particulier, tout le monde ne peut pas les apprécier, mais il y en a peu qui peuvent ressentir le destin du héros comme le leur. Le meilleur film du genre était Titanic, car qui n'a pas éprouvé d'empathie pour Leonardo Dicaprio dans le rôle de Jack Dawson. Cet article donne un bref aperçu de chacun des 32 films, mais pour se faire une idée du film, il faut regarder chacun d'entre eux.


Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV / SVOD | Nationale | Technologie | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture | Société | Megasports | GRAND RAID | Interview | Cinéma















MEGASPORTS | Actualités le 16/03/2022

Les 24 marmailles finalistes de la Danone Nations Cup 2021 s’envolent pour Paris

Le 4 décembre 2021 l’équipe féminine de la Saint-Pauloise FC et l’équipe masculine de Saint-Denis...

MEGASPORTS | Actualités le 01/12/2021

Danone Nations Cup : Et les 24 équipes finalistes sont...

Les dernières phases finales par secteur de la Danone Nations Cup ont eu lieu ce week-end et ce...

MEGASPORTS | Actualités le 09/11/2021

Danone Nations Club : deux jeunes Réunionnais dans le top 11 mondial gagnent leurs tickets pour Paris

La Danone Nations Cup, c’est le plus grand tournoi de football au monde pour les enfants âgés de...

MEGASPORTS | Actualités le 19/09/2021

Danone Nation Cup: La compétition a repris et les filles jouent leurs premiers matchs !

La Danone Nations Cup a repris le week end dernier après une pause pendant les vacances scolaires :...

MEGASPORTS | Actualités le 28/08/2021

Coup d'envoi de la Marche de Mutualité ce dimanche !

Depuis 22 ans, La Mutualité de La Réunion réunit chaque année en août les marcheurs des 4 coins de...






Partager ce site



PUB FACEBOOK.png