Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Mois des mémoires 2021 et les 20 ans de la loi Taubira: Programmation spéciale sur Guyane La 1ère


Rédigé le Mercredi 12 Mai 2021 à 13:47 |




À l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, ainsi que des 20 ans de la loi Taubira, qui reconnaît la traite négrière comme crime contre l’humanité, Guyane la 1ère mobilise ses antennes télé, radio et numérique, à travers une programmation spéciale qui met en lumière cette page de notre Histoire.

Les documentaires

Mercredi 19 mai à 21h35 Furcy, le procès de la liberté
Écriture et réalisation Pierre Lane 


Pendant plus d’un quart de siècle, de 1817 à 1843, Furcy, qu'on disait officiellement « esclave » à l'île Bourbon (ancien nom de La Réunion), lutta pour faire admettre par les tribunaux du royaume de France qu'il était un homme né libre. Le plus incroyable, c'est qu'il y parvint. 

Quelques années après le verdict reconnaissant son état de liberté, l'esclavage était aboli dans toutes les colonies françaises. Comment cela a-t-il été possible ? Quel genre d'homme était Furcy ? Pour le comprendre, ce documentaire propose de retracer l'itinéraire de ce personnage hors du commun, à partir d'archives, témoignages d'historiens et dessins d'animation.

Comme un puzzle, de La Réunion à l'île Maurice, en passant par Paris, ce film raconte l'histoire d'une figure inébranlable en quête de justice. Un esclave nommé Furcy qui, après tant d'épreuves, trouva, dans son nouveau patronyme, Furcy Madeleine, la dignité qui lui avait été si longtemps refusée. À travers son incroyable lutte pour la liberté, il nous transmet la mémoire plurielle de l’esclavage et un désir universel d’humanité.

Documentaire également diffusé sur France 3 le 13 mai 2021.

22 mai à 11h50 Les Statues de la discorde
Écriture et réalisation Émile Rabaté


Ce film de 52 minutes raconte l’action de jeunes Martiniquais contre les statues représentant Joséphine, et ce avant le mouvement Black Lives Matter. C’est l’histoire d’une jeunesse qui s’attaque aux symboles du passé pour changer le présent. Le combat d’une nouvelle génération qui dénonce le racisme et les discriminations comme héritage social de l’esclavage et de la colonisation. Ils déboulonnent les statues et les plaques de rue à la gloire du passé colonial de la France, pour appeler à la justice, à l’égalité et à la reconnaissance d’une histoire effacée. Face à eux, le vieux monde semble de marbre, sourd aux revendications.

Chez les historiens, la question divise. Faut-il retirer des rues les symboles d’un passé que certains ne veulent plus voir ? Comment faire la lumière sur des pans douloureux de l’histoire, sans pour autant rouvrir des blessures susceptibles de déchirer la société ? De la Martinique à La Réunion, de Paris à Saint-Ouen, Les Statues de la discorde explore ce débat contemporain aux multiples facettes, en allant à la rencontre des militants et des intellectuels qui défendent ce type d’action dans la lutte contre le racisme.

Et aussi:

12 mai à 20h05 Bonaparte Côté Noir
26 mai à 20h05 Mon ancêtre l’esclave, réalisé par Frédéric Senneville et Thierry Derouet 

02 juin à 20h05 Nos chaînes invisibles, le code noir
9 juin à 20h05 Citoyens bois d'ébène


Les modules courts
 
Les icônes de la liberté jusqu'au 8 juin à 20h (samedi et dimanche)

Sous la direction littéraire du journaliste et historien François Durpaire, ces modules permettent de découvrir les héros de la liberté, de Toussaint Louverture à Victor Schoelcher, en passant par la mulâtresse Solitude, Furcy Madeleine ou le colonel Delgrès.

La Flamme de l'Egalité jusqu'au 4 juin à 20h (du lundi au vendredi)

Les ministères chargés de l’Education nationale, de la Citoyenneté et des Outre-mer, la Délégation interministérielle à la Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH) et la Fondation pour la mémoire de l’esclavage s’associent pour la 6e édition du concours national La Flamme de l’égalité.

Les enseignants du primaire et du secondaire sont invités à mener avec leurs élèves une réflexion et à réaliser un projet sur l’histoire des traites et des captures, sur la vie des esclaves et les luttes pour l’abolition, sur leurs survivances, leurs effets et leurs héritages contemporains.

À cette occasion, le pôle Outre-mer de France Télévisions met en avant les projets des établissements scolaires situés en Outre-mer à travers 20 modules.

La radio
21 mai à 12H Ansanm-Ansanm : Les 20 ans de la Loi Taubira


L’émission Ansanm-Ansanm sera axée sur les 20 ans de la loi TAUBIRA pour la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.

Les stations du Pôle Outre-mer de l’atlantique (Guadeloupe, Guyane et Martinique) de l’Hexagone (Malakoff) et pour la première fois de l’océan indien (Mayotte et Réunion) participeront à cette émission spéciale.  Durant une heure il s’agira de contextualiser l’esclavage dans chaque territoire, d’analyser l’abolition qui en découle et la différence entre les départements concernés. Aujourd’hui, quelle est l’apport de cette loi dans notre société ?

Pour la Guyane, l’invité proposé sera Eugène Epailly  Docteur en lettres et sciences humaines spécialiste  de l’or de l’esclavage et du bagne.

Animation Guyane : Mike Mombrun



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV / SVOD | Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017 | Presse | Radio | Divers | Évènements | Mentions légales | Info Megazap | Partenariat | Internationale | Culture | Société


















Partager ce site




PUB FACEBOOK.png