Connectez-vous S'inscrire
Menu
Megazap
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Le Bon Sens des Hommes" projeté au Comptoir du vrac (Piton Saint-Leu) ce mercredi




Gros plan sur Ingrid, Bernard, Max, Daniel, Annie-Claude ou encore William qui, à la Réunion, tentent de renouer avec les savoirs anciens et de tendre vers l'autonomie.


Ce mercredi 12 décembre à partir de 18h30, l'équipe de KWA Films organise une projection du documentaire « Le Bon Sens des Hommes (et la folie du monde) » en présence de la réalisatrice Anaïs Charles Dominique.

Un évènement qui aura lieu dans la « kour » du Comptoir du Vrac, une épicerie collaborative installé à Piton Saint-Leu. Un échange est prévu entre la réalisatrice et le public à la fin de la projection.  

Le documentaire dresse le portrait de six réunionnais et réunionnaises qui proposent une alternative: puiser dans la tradition créole et proposer une autre voie. Ces Réunionnais qui dans leur vie de tous les jours, mettent en application des pratiques ancestrales, simples et sensées. Ils nous racontent comment la Réunion a pu, à une époque, être proche de son environnement, cultiver pour se nourrir, élever des animaux dans la cour, se soigner avec les plantes, recycler les objets.

Résumé du documentaire

"Ile de la Réunion. Autour d’eux, le monde est devenu fou : le consumérisme est roi, l’individualisme forcené, la domination de l’Homme sur la nature est la règle. Pourtant, certains ont choisi de résister à ce tourbillon insensé : Ingrid, la jeune poétesse, Bernard, qui aide les autres à se relever en donnant une seconde vie aux objets, Max, le paysan inspiré, Daniel et Annie-Claude, les éveilleurs de conscience et William, heureux tisaneur. Ils font appel à leur mémoire, au bon sens des anciens qui savaient vivre en autonomie : se nourrir, se soigner, recycler, vivre en communauté. Comment retrouver aujourd’hui ces connaissances traditionnelles pour aller dans la bonne direction? Celle d’un monde plus juste et plus humain."

Après Maloya, j’écris ton nom (2015) et L’Horizon Cassé (2009), Anaïs Charles Dominique évoque, encore une fois, l’évolution de l’identité réunionnaise face aux bouleversements récents historiques, économiques, sociaux. 

Ce documentaire engagé, tourné vers les modes de vie et de production, est un chant d’espoir contre l’appauvrissement des consciences; un chant de résistance pour être pleinement soi-même.

Notez

Rédigé le Lundi 10 Décembre 2018 à 07:09 |
Ludovic Belzamine
Rédacteur en chef de Megazap.fr En savoir plus sur cet auteur





Nouveau commentaire :
Twitter













Partager ce site






@megazap.fr