Connectez-vous S'inscrire
Menu
Megazap
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saison 2022-2023 : Des documentaires ultramarins "engagés" sur les antennes de France Télévisions



Cette saison, France Télévisions s'est engagé pour son offre documentaire de "Faire entendre et comprendre la diversité des expériences humaines, des situations et des aspirations, décrypter l'histoire des Outre-mer".


© Paramonti
© Paramonti
Cette saison pour son offre documentaire, France Télévisions s'est engagé de "Faire entendre et comprendre la diversité des expériences humaines, des situations et des aspirations, décrypter l'histoire des Outre-mer".

Grâce à une politique de production et de coproduction par bassin (atlantique, indien, pacifique), les documentaires trouvent vie en Outre-mer sur les 9 antennes du Réseau des 1ère, en Hexagone dans la case outremer.ledoc diffusée le lundi sur France 3, dans la case histoire de France 5, sur La1ere.fr, l'offre numérique Outre-mer, et france.tv.

Par ailleurs, le groupe poursuivra et renforcera en 2022-2023 son soutien aux festivals documentaires en Outre-mer pour favoriser l'émergence d'une filière audiovisuelle ultramarine forte et attractive.

Au programme :

1 mois et 8 jours, documentaire réalisé par Pascale Poirier
Un mois et huit jours, c’est le délai imparti aux familles, à compter de la publication de l’arrêté préfectoral, pour évacuer le bidonville dans lequel elles habitent avant sa destruction par les autorités. À Mayotte, l’application de la loi ELAN pour la résorption de l’habitat informel a accéléré sa cadence. Sur une île où 77 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, ce documentaire décrypte la complexité de ces opérations.

Hospitalités, réalisé par Meryem de Lagarde
À Mayotte, quatre personnalités natives de l'île se battent sur différents fronts pour aider les nombreux mineurs isolés et inciter les habitants à renouer avec leur hospitalité légendaire, pour intégrer ces enfants à la société mahoraise.

Des jeunes Calédoniens en quête d'un destin commun, réalisé par Florence d'Arthuys
Ils s’appellent Hmana, Idane, Kuelani, Juan et Mayanne. Ils ont des origines différentes, des points de vue politiques qui divergent, mais un point commun : ils ont tous fait le choix de grandes études dans l’objectif de rétablir le vivre-ensemble en Nouvelle-Calédonie et construire un nouvel avenir.

Guadeloupe, le choix d’aimer, réalisé par Laura Chatenay-Rivauday, Ludovic Chapuis
En Guadeloupe, l’affection ne va pas de soi et doit souvent être sans effusion. Sur une île traumatisée par l’esclavage, s’engager dans une histoire d’amour peut se révéler difficile. Dans ce film, nous suivons des Guadeloupéens qui se démènent pour entretenir la flamme de l’amour, ou plus simplement apprendre à s’aimer et à aimer l’autre.

Michel Debré et La Réunion, autopsie d'une politique, réalisé par Alice Cohen
Autopsie d’une politique. Celle menée par Michel Debré, l’ex-Premier ministre parachuté en 1963 député de La Réunion, porteur du rêve gaulliste d’un État fort, d’une nation unie et d’une plus grande France. De cette utopie républicaine naîtront certaines dérives et des destins brisés.

Les sorcières de Sarcelles, réalisé par Camille Hamet et Séréna Robin
Novembre 2021. Les élèves de seconde du lycée de la Tourelle à Sarcelles écoutent attentivement l’équipe de mise en scène. Ensemble, ils vont adapter et jouer tout au long de l'année scolaire le roman de l'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé Moi, Tituba, Sorcière… Noire de Salem. Rejouer les pages les plus sombres de notre histoire, celles du colonialisme, de l’esclavage et du puritanisme, dans une ville aujourd’hui marquée par le multiculturalisme, l’exclusion socio-économique et le retour du fait religieux. Tourné en immersion au cœur de cette troupe d’apprentis comédiens qui vont apprendre à se connaître, à s'affirmer, à penser le monde et à révéler leur propres histoires, ce documentaire fonctionne comme le roman d’initiation auquel il rend hommage, avec ses personnages, son intrigue et son arène.

Mais aussi:

Maloya, l’esprit des femmes, réalisé par Séverine Nativel et Anne-Laure Lemancel
Longtemps, le maloya, musique signature de l’île de La Réunion, a été́ « réservé » aux hommes. Mais depuis quelques années, les femmes s’emparent de cette musique chargée d’histoire. Parmi elles, Nathalie Natiembe, Christine Salem, Kaloune et Dilo — connue sous le nom de EMB : « Eat my Butterfly » — questionnent et bousculent la place de la femme dans la musique et la société réunionnaise.

Marielle Cafafa, la maestra, réalisé par Virginie Berda
Pour apprendre la musique, Marielle Cafafa quitte la Guadeloupe et rejoint Paris à 14 ans. Devenue chef d'orchestre, elle participe à un programme initié par la Philharmonie de Paris à l’intention d’enfants trop peu sensibilisés à la musique classique. Ce programme développé en Guadeloupe lui permet de revenir sur sa terre d’origine, vingt ans après. Ce documentaire la suit lors de ce pèlerinage et nous éclaire sur son parcours exceptionnel.

Ziskakan, réalisé par Sébastien Folin
Ziskakan est un groupe réunionnais né au cœur des revendications identitaires et sociales des années 1970. Ziskakan a fait du maloya son cheval de bataille et de la défense de la culture créole son credo. Quarante-trois ans après la création du collectif, Maya Kamaty, fille du leader Gilbert Pounia, artiste elle-même, va à la rencontre de celles et ceux qui ont fait l’histoire de tout un mouvement artistique.

Rudy Gobert n°7, réalisé par Jon Bensimhon
À 29 ans, Rudy Gobert a accompli son rêve : il est l’un des meilleurs joueurs de basket au monde. Pourtant, ce joueur de la NBA originaire de Saint-Quentin reste méconnu du grand public. Portrait sensible et complexe de l’homme qui se cache derrière le basketteur.

Notez

Rédigé le Lundi 12 Septembre 2022 à 12:04 |





Nouveau commentaire :
Twitter













Partager ce site