Connectez-vous S'inscrire
Menu
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Partager

Le CREFOM s'inquiète pour France Ô



Logo CREFOM / France Ô
Logo CREFOM / France Ô
Le Crefom, représenté par Patrick Karam, a été reçu, le mardi 20 septembre 2016, au cours d’une longue et fructueuse séance de travail principalement consacrée à la télévision publique d’outre-mer, par Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, accompagnée de Walles Kotra, directeur exécutif en charge du réseau des 1ères et de France Ô, et de Stéphane Sitbon-Gomez, directeur de cabinet de la présidence.

Le CREFOM n’a pas caché ses inquiétudes quant aux programmes de la chaîne France Ô, qui devait devenir une chaîne 100 % outremer à partir du mois de septembre 2016, et dont l’audience moyenne reste plafonnée à 0,8 %, alors que les seuls Ultramarins de l’hexagone représentent plus de 1,5 % des parts de marché. Ce chiffre de 1,5 % peut être atteint, à la condition que France Ô diffuse des programmes de qualité.

Le CREFOM a rappelé que France Ô avait été créée et mise sur l’ensemble du réseau national de la TNT pour les Ultramarins de l’hexagone, au nombre d’un million, afin de faire rayonner leur culture et de faire connaître leur histoire, leurs talents et leurs régions d’origine. Le lobby ultramarin sera donc vigilant – en continuant à mener des actions de sensibilisation auprès du CSA, du gouvernement, des élus, et des candidats à l’élection présidentielle – pour que les errements du passé quant à la ligne éditoriale ne puissent jamais se reproduire et que la question de la suppression de la chaîne ne se pose plus.

Le CREFOM a alerté la présidente sur la qualité des programmes et la nécessité de mettre en oeuvre des moyens significatifs pour que France Ô ne reste pas le parent pauvre du service public sur la TNT, en comparaison des autres chaînes publiques de l’hexagone, mais devienne au contraire un modèle d’excellence dont les émissions puissent rayonner en étant rediffusées, non seulement sur le réseau des 1ères, mais également sur les autres chaînes de France Télévisions.

Mettant en garde Delphine ERNOTTE sur le fait que la chaîne ultramarine hexagonale ne peut se contenter, comme elle le fait trop souvent actuellement, de rediffuser les programmes des 1ères, le CREFOM a exprimé le souhait de voir France Ô engager des programmes spécifiques, avec le soutien financier systématique des autres chaînes, quitte à instaurer des quotas sur leurs budgets, notamment ceux réservés à la fiction et au documentaire.

Tous les producteurs se plaignant de l’indifférence affichée, voire du mépris, des décideurs des autres chaînes dès qu’il s’agit de projets relatifs à l’outre-mer, ou présentés par des Ultramarins, le CREFOM, qui ne se fait guère d’illusion sur la perspective d’un changement rapides des mentalités, a insisté sur la nécessité d’un guichet unique permettant à tout projet ambitieux validé par France Ô ou les 1ères, de recevoir un complément significatif des autres chaînes, sans avoir à repasser devant d’autre décideur, ce qui est la condition indispensable d’une amélioration rapide de la qualité des programmes sur le réseau ultramarin et de la possibilité de diffusion de programmes initiés par le réseau outre-mer sur les autres chaînes.

L’intérêt de France Ô, c’est qu’il est un point d’entrée privilégié au sein du groupe pour que l’outre-mer trouve la place qu’il mérite au sein du service public de la télévision.

Le CREFOM a demandé qu’une fenêtre régulière soit consacrée à l’histoire de l’outre-mer, qui permette en particulier de valoriser ses héros positifs qui sont nombreux, mais hélas, inconnus des Français.

Le CREFOM s’est également ému de voir que les moyens techniques permettant à France Ô d’être diffusée en haute définition sur l’hexagone, lui avaient été retirés au profit de la chaîne Franceinfo, ce qui est un très mauvais signal.

Le CREFOM a insisté sur la nécessité de permettre aux personnels des outre-mer d’être formés et employés sur l’hexagone au sein de France Télévisions.

Le CREFOM a demandé d’inscrire, dans le cadre du contrat d’objectifs et de moyens actuellement négocié avec l’actionnaire, la publication régulière de statistiques permettant d’évaluer la part de l’outre-mer sur l’ensemble des chaînes de France Télévisions.

Par ailleurs, le CREFOM a demandé qu’une programmation globale concernant les outre-mer puisse être envisagée en même temps sur l’ensemble des chaines du groupe.

Enfin la situation des télévisions privées en outre-mer a été abordée et le CREFOM a souhaité une concertation entre France Télévisions, ses filiales et les syndicats représentant ces chaines.

Delphine ERNOTTE s’est engagée à répondre positivement à l’ensemble des préoccupations exprimées par le CREFOM, notamment en donnant les moyens à Walles Kotra de peser sur les autres décideurs du groupe au sein du comité exécutif. La présidente a mis l’accent sur le passage de la haute définition dans les régions d’outre-mer et de France Ô qu’elle s’est engagée à régler dès que possible.

Le CREFOM s’est engagé à soutenir l’action de France Télévisions pour régler ce problème particulier et, d’une manière plus générale, à apporter son concours à la reconstruction du système de la télévision publique ultramarine, mise en œuvre par la nouvelle présidente de France télévisions.

Lundi 26 Septembre 2016 - 09:15

Notez



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Octobre 2017 - 07:02 Deux nouvelles chaînes thématiques chez Zeop

Actualités | Communiqué de Presse | Forum | TV | Actualité Nationale | TECHNOLOGIE | Tarifs annonceurs | Infos Com | Musique | Éssentiel 4G | Présidentielle 2017








Soumettre un article


News


Inscription à la newsletter